Amérique du Sud, Argentine

Partir en Argentine au plus près des locaux


Aussi loin que je m’en souvienne, cela doit bien faire 10 ans que je rêvais de partir en Argentine. J’avais rencontré Vincent lors de ma préparation aux concours d’écoles de commerce et il m’avait raconté son expérience dans ce pays. Il y avait passé deux ans. Il m’avait montré des centaines de photos et, sur chacune d’entre elles, je me faisais la même réflexion: ce pays est magnifique, un jour j’irai! J’ai attendu quelques années (va savoir pourquoi?) avant de sauter le pas. J’ai plus exactement attendu d’être sans emploi -donc avec moins de budget- pour y aller. J’avais donc une contrainte de taille: dépenser le moins possible sur place. Et ce fût chose faite! Billets en poche, je me suis inscrite sur Couchsurfing, où j’ai posté mon voyage en ligne. Etape par étape, je détaillais par quelles villes je passerai et à quelles dates. Surprise! Des dizaines de messages m’attendaient pour m’inviter à prendre un verre/ m’héberger/ me montrer les plus beaux coins/ se balader! J’ai été très étonnée mais surtout ravie que les Argentins soient si accueillants! J’étais partie pour vivre ma première expérience de voyage aux plus près des locaux. 

Arrivés à Buenos Aires, mon ami Piotr et moi avons été accueillis par la famille de Fernando, à Villa Ballester, en banlieue de Buenos Aires. Fernando nous a offert le maté, la boisson favorite des Argentins et nous avons longuement discuté avant de dîner avec ses parents. Couchsurfing permet d’être mis en relation avec des locaux qui ont envie de partager un moment avec des voyageurs, et les discussions tournent bien entendu beaucoup autour des différences culturelles et des voyages effectués par les uns et par les autres. En accueillant des étrangers chez eux, les parents de Fernando voyageaient à leurs manières. Nous avons eu le droit à un repas typiquement argentin: riz au safran et escalope milanaise! C’était une bonne première soirée en Argentine!

Le deuxième jour à Buenos Aires nous avons rencontré José, qui habitait non loin de la station de métro Congreso de Tucumán . Il nous a fait découvrir une pizzeria incroyable La Mezzetta, où nous avons commandé à emporter des empañadas et des « picsa » (oui car ce ne sont pas des pizzas, mais des picsa, c’est à dire leurs versions argentines des pizzas… avec énormément de fromage!) Il nous a accueillis comme ses amis, et son appartement était incroyable! Avec un rooftop, et une décoration digne d’un véritable geek. Avec José nous avons beaucoup parlé d’histoire. Il s’était tatoué San Martin sur son bras, ce qui nous a amené à lui poser plein de questions. José San Martin est en effet un personnage essentiel dans la culture argentine, vous le verrez au nombre de places intitulées Plaza San Martin ! C’est un des liberadores du pays, il a libéré l’Argentine des Espagnols. 

En dehors de Couchsurfing, nous avons également réservé des Airbnb chez l’habitant. J’avais l’habitude de choisir mes Airbnb en fonction de la décoration et de la localisation… mais là, j’ai plutôt regardé le prix et les « super host ». A maximum 15€ la nuit, chez l’habitant était la meilleure solution, et aussi la plus conviviale! Direction Mendoza où nous avons logé chez Susana. Cette maîtresse d’école à la retraite était la définition même de la gentillesse et de l’hospitalité! Elle nous a accueillis comme ses propres enfants, et nous a aidé à trouver le meilleur circuit de Bodegas possibles à Lujan de Cuyo. Nous avons visité Vistalba, Altavista et Lagarde: 3 bodegas où nous avons pu déguster les vins (jeunes) de la région de Mendoza -essentiellement des Malbec, mais aussi des Cabernet Sauvignon-. A Lagarde, nous avons profité d’une dégustation de 6 plats, et de 10 vins! Le tout, véhiculé par un chauffeur et une guide personnelle. Un bon plan pour une centaine d’euros. Avec Susana, nous avons partagé de bonnes discussions et nous lui avons préparé une soirée « gastronomique française » avec des crêpes et un quatre-quarts ! Elle était ravie et nous aussi. 

Vistalba
Vistalba
Dégustation des premiers vins à Vistalba: 9h30!
Les coulisses de la fabrication des vins, à Altavista
Déjeuner à l’air libre, à la Bodega Lagarde
Un des plats de la Bodega Lagarde
Au milieu des vignes…

Arrivés en Patagonie, nous avions réservé des chalets à Bariloche. Un bon plan trouvé grâce au groupe Facebook Français d’Amérique du Sud, où j’avais posté un message pour me renseigner sur des transports. Facebook est un excellent moyen de rencontrer des locaux à travers la multitude de groupes spécialisés, en fonction des pays et des thématiques que vous recherchez! Johanny, un français expatrié en Argentine m’avait très gentiment aidée et proposé de nous héberger dans ses chalets, à un prix plus qu’abordable. Une vue incroyable sur le lago Nahuel Huapi, une piscine, des commerces à côté, que demander de plus? Avec un couchsurfer qui souhaitait nous faire visiter les principaux sites de Bariloche, Javier, nous avons pu réaliser le Circuito Chico. Sans sa voiture, nous n’aurions pu voir tout ceci en une journée! Nous avons commencé par grimper à pieds (une montée d’environ 30 minutes, plutôt dure) el cerro Campanario. Il existe un téléphérique pour les moins motivés. De la haut, une vue panoramique incroyable! La plus belle de Bariloche. Ensuite, nous sommes allés à la capilla San Eduardo, construite entièrement en bois, avec une vue sur l’hôtel Llao Llao, où nous sommes allés par la suite. Dans el parque municipal Llao Llao, la randonnée est très agréable, et accessible à tous. Enfin, la bosque de Arrayanes, où se détachent ces magnifiques arbres de 300 ans, uniques au monde est un must seen. En voiture avec Javier, nous avons écouté les musiques argentines qui ne sont pas forcément « commerciales » et nous nous sommes rendus compte que les Argentins et les Français partageaient les mêmes débats sociétaux. 

Vue des chalets, sur la Playa Bonita
Vue panoramique el cerro Campanario
Vue panoramique el cerro Campanario
El parque municipal Llao Llao
El parque municipal Llao Llao
La capilla San Eduardo
L’hôtel Llao Llao
Vue de l’hôtel Llao Llao
El parque municipal Llao Llao
Dans la bosque de Arrayanes
El parque municipal Llao Llao
El parque municipal Llao Llao
La forme tortueuse d’un des Arrayanes

Par la suite, nous avons eu l’occasion de randonner à El Chalten, mais en dépit du mauvais temps, nous avons aussi profité de la ville et rencontré Mariano. Il nous a invité à prendre des verres à La Vineria, un bar à vin incroyable où les planches et les vins sont délicieux. Là-bas, nous avons discuté avec d’autres argentins, et assisté à un concert de musique locale. 

Tout le voyage s’était déroulé parfaitement jusqu’à notre arrivée à El Calafate, où nous étions venus voir le glacier Perito Moreno. Un charmant e-mail de notre compagnie aérienne, nous annonçait que 2 jours plus tard, il y avait des grèves et notre vol était annulé pour retourner à Buenos Aires (et à Paris accessoirement). Nous logions à ce moment là chez Catalina, en Airbnb. Grâce à son aide, nous avons pu téléphoner à la compagnie et la fille de Susana (rencontrée à Mendoza) nous a grandement aidés puisqu’elle nous a trouvé un trajet en bus (de 48h sic!) pour rentrer à Buenos Aires. Sans les rencontres que nous avons faites, tout au long de ce périple, nous n’aurions pas autant profité de l’Argentine. Elles ont ajouté une touche originale et personnelle à nos vacances et je recommencerai pour mon prochain voyage! 

3 réflexions au sujet de “Partir en Argentine au plus près des locaux”

  1. Bonjour,
    Merci de cette publication, nous allons voir l’éclipse dans la région de Mendoza et profiterons au mieux de ces conseils.
    Question idiote : Pourquoi VespasienneBlog, les romains discutaient dans les latrines cela s’est un peu perdu.

    J'aime

    1. Bonjour Alain, merci pour votre message.
      Profitez bien de Mendoza! J’ai été à Lujan de Cuyo pour la route du vin et j’ai vraiment beaucoup aimé cette partie de mon voyage.
      Question loin d’être idiote concernant Vespasienne, cela n’a pas de rapport direct avec le voyage mais c’est un mot que j’adore prononcer.Je le trouve mélodieux et poétique! Plus qu’urinoir en tout cas. C’est mon prof de français au collège qui me l’a fait connaître. Depuis, je le garde en tête et souhaitais lui rendre sa splendeur sur mon premier blog!

      J'aime

  2. Il a le mérite d’être original, mais en ce moment, comme à l’époque de Vespasien, les taxes sont très mal vues ! Je retiens Lujan de Cuyo pour aller retrouver le gout du Torontes et des Malbec.

    J'aime

Répondre à vespasienneblog Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s